Plan Local d’Urbanisme métropolitain (PLUm)

Concertation lancée

Une réunion publique du PLUm s’est tenue en Mairie le 19 décembre 2016.
Le Plan Local d’Urbanisme métropolitain (PLUm) est un outil au service de l’avenir de notre territoire : Il traduit l’ambition des 49 communes qui composent la métropole pour un territoire dynamique, solidaire et attractif où la qualité de vie est partagée par tous.
De 2016 à 2018, les Vençois sont invités à participer à la concertation citoyenne en apportant idées, remarques, avis…
•En participant aux réunions publiques organisées dans chaque commune de la Métropole,
•En renseignant le registre de concertation disponible dans chaque Mairie,
•En adressant un courrier au Président de la Métropole Nice Côte d’Azur
pour la Concertation sur le PLU métropolitain.

Une exposition présente le PLUm dans le hall de la Mairie.

JPEG - 13.1 ko

L’objectif de la réunion de concertation du 19 décembre est de travailler conjointement avec l’ensemble des concitoyens afin que l’identité, la singularité des communes, et particulièrement celles du moyen et haut pays et leurs spécificités soient prises en compte dans le cadre de l’élaboration du PLUm.

Il est nécessaire de préserver le patrimoine bâti et naturel pour ne pas perdre le cachet de nos communes.
Il est primordial de travailler sur la mobilité et les déplacements inhérents aux objectifs de création de logements sociaux imposés par la loi. Les modes de déplacements auront à s’adapter au territoire.

A prendre en considération également, les différents Plans de Risques qui impactent nos territoires et limitent les emprises au sol selon les quartiers.

L’objectif municipal : ne pas voir le territoire s’urbaniser de manière intense

Vence doit préserver son caractère à dominante naturelle, cher aux Vençois.
C‘est dans cet esprit qu’ont été initiées un certain nombre d’actions emblématiques : la création du square Catherine Alinat en 2015, la rénovation complète du Boulevard Paul André cette année, le Parc de la Conque, la place du Grand Jardin réhabilitée avec la Villa Alexandrine, perle de notre patrimoine… D’autres actions suivront dans ce sens.

C’est aussi dans cet esprit qu’est intervenu le vote de la modification n° 1 du Plan Local d’Urbanisme par le Conseil Municipal le 12 décembre 2016 :
Avec la loi ALUR (du 24 mars 2014) et la suppression immédiate des Coefficients d’Occupation des Sols, la Commune est sollicitée pour la création de constructions de plus en plus denses, sur des terrains de plus en plus petits.
Aussi, la Municipalité souhaite, malgré les contraintes nationales, préserver la dominante naturelle de la Commune avec :

- La diminution des emprises au sol : le coefficient d’emprise au sol passe par exemple de 20% à 18 % en zone UDb à la Sine et au Pioulier.

- L’augmentation des coefficients d’espaces verts : l’ensemble des quartiers pavillonnaires voient leurs coefficients d’espaces verts majorés pour conserver à Vence son caractère verdoyant.
Pour reprendre l’exemple cité, le coefficient d’espace vert passe de 50% à 60 % en zone UDb à la Sine et au Pioulier.

- L’ajustement des règles de hauteur, en limitant ces dernières – par exemple de 21 mètres à 18 mètres en zone UBe (Chagall) ou de 15mètres à 12 mètres en zone UBd (Passeron) - notre Ville évitera de perdre son cachet traditionnel.

Si les Lois DUFFLOT et ALUR imposent à la Ville un bâti qui n’était pas dans ses projets, si la nécessité de produire des logements sociaux impose des contraintes, tout est fait par l’actuelle majorité municipale pour ne pas reproduire les errements architecturaux qui, en d’autre temps, à Vence ou ailleurs, ont défiguré certains quartiers.
L’environnement et la qualité de vie vençoise constituent le capital qui nous permettra de séduire et d’accueillir le tourisme, vital à notre économie. Ils sont aussi l’héritage positif que nous léguerons à nos enfants.