Le constat

Qui n’a pas pesté contre son imprimante, à peine utilisée quelques mois, et déjà en panne ? Contre son lave linge qui n’essore plus alors que la garantie vient juste d’arriver à terme ? Tout cela a un nom : l’obsolescence programmée !

Des exemples très éclairants

Imprimantes Epson et matériels d’impression

Les imprimantes sont emblématiques de l’obsolescence programmée. Certains de ces matériels auraient été équipés d’une puce qui bloque l’impression au-delà d’un certain nombre de feuilles imprimées. Les cartouches d’encre peuvent également indiquer un niveau d’encre incorrect pour amener l’utilisateur à jeter des cartouches contenant encore de l’encre malgré le fait que ces pratiques soient interdites en Europe.

Cartel de Phoebus et les lampes à incandescence

Phœbus était un cartel regroupant des fabricants tels que Philips, Osram et General Electric qui a tenté de contrôler la fabrication des lampes à incandescence entre 1924 et 1939. Afin d’augmenter leurs ventes, ces constructeurs voulaient limiter la durée de vie des ampoules à 1 000 heures alors que les premiers prototypes développés par les ingénieurs pouvaient durer des décennies, à l’instar de cette ampoule qui éclaire depuis 1901 une caserne de pompiers de Livermore aux Etats-Unis…

Bas nylon DuPont de Nemours

Dans les années 1940, le chimiste américaine DuPont met sur le marché les premiers bas nylons. Produit qui rencontra un vif succès, mais dont la résistance limita la croissance des ventes. L’entreprise décide donc de modifier la formule de son produit pour en réduire volontairement la résistance et ainsi en augmenter le taux de renouvellement.

Les solutions

Que faire contre l’obsolescence programmée ?

-Eviter les marques qui ne s’engagent pas à fournir les pièces détachées susceptibles de permettre les réparations.

-Porter nos appareils au Repair café avant de les porter à la déchèterie !

 

À lire aussi :

Start typing and press Enter to search