La «5G», cinquième génération de réseaux mobiles, vise à améliorer le débit pour une capacité d’échanges de données plus fluide. Elle vise également à développer des services innovants pour les particuliers et pour les entreprises dans de nombreux domaines : la gestion des équipements médicaux dans l’hôpital, la télémédecine, les navettes autonomes…
Les réseaux mobiles se caractérisent par la possibilité pour les utilisateurs de connecter leurs terminaux (téléphones mobiles, smartphones) directement aux antennes des opérateurs par l’utilisation d’ondes (ou fréquences) radio.
C’est l’Arcep, l’autorité française en charge des télécommunications, au niveau national qui autorise les opérateurs mobiles (et donc leurs clients) à utiliser des fréquences radio sur lesquelles ils font déjà fonctionner leurs réseaux 2G, 3G et 4G. C’est l’ARCEP qui est en charge de l’attribution des fréquences aux opérateurs, suivant une procédure d’enchères.

La 5G est-elle mauvaise pour l’environnement ?

L’avis de l’ARCEP est partagé sur le sujet :

Les émissions de gaz à effet de serre relatives au numérique sont loin d’atteindre celles des secteurs du transport ou du logement, mais, avec l’évolution des usages, elles peuvent augmenter rapidement.

La 5G va permettre aux usages numériques de se développer et induire la fabrication de nouveaux équipements. Mais, elle a aussi une meilleure efficacité énergétique à trafic constant et ses usages peuvent contribuer à réduire les dépenses énergétiques et/ou l’impact environnemental d’autres secteurs (transports, agriculture).

L’ARCEP a ouvert une plateforme de travail sur le thème « pour un numérique soutenable ». A travers une série d’ateliers participatifs, l’Arcep appelle les associations, entreprises, opérateurs et personnalités du numérique à se pencher avec elle sur la question de l’impact environnemental des réseaux télécoms et des terminaux. Un rapport devrait être rendu en fin d’année.

L’ARCEP a également créé le baromètre vert, en lien avec le Gouvernement et l’Agence de la transition écologique (ADEME). L’indication de l’impact environnemental (gaz à effets de serre) et donc sur le réchauffement climatique, de la consommation de data et de l’utilisation des terminaux aux abonnés, deviendra obligatoire à partir du 1er janvier 2022.

https://www.arcep.fr/

À lire aussi :
  • Covid-19 : le point dans nos EHPAD

    Le virus circule activement dans notre Département et les mesures de freinage comme les gestes barrières restent efficaces contre la pandémie. Nos établissements de retraite ne sont pas épargnés et la vigilance reste active. Les dépistages systématiques permettent de circonscrire la diffusion du virus. Maison de Retraite ORPEA  Bastide des Cayrons Un cluster avait été […]

  • Vœux du Maire aux Vençois

    La traditionnelle cérémonie des Vœux ne pouvant pas avoir lieu en raison de la pandémie, le Maire de Vence tient à vous présenter tous ses meilleurs vœux en passant en revue les projets et les réalisations des six derniers mois. «C’est ensemble que nous réussirons 2021. Je vous souhaite de tout cœur une année pleine d’amour […]

  • Plateforme de préinscription à la vaccination COVID-19

    Afin d’accompagner les autorités de santé dans le lancement prochain de la vaccination contre la COVID-19, la Métropole Nice Côte d’Azur, en lien avec l’Agence Régionale de Santé, lance une plateforme de préinscription en ligne  afin de recenser les habitants de la Métropole souhaitant se faire vacciner. Cette plateforme permettra d’anticiper les demandes des citoyens […]

Start typing and press Enter to search